;
Logo Asperger Aide Association Asperger Aide Annonce Asperger Aide en quelques mots
français English   Nous contacter     FAQ  
 
Lancer la recherche

____________________________________________________________________________________

A blog of all section with no images
Adhésion Version imprimable Votre e-mail

Asperger Aide France est une association pour l'aide aux personnes atteintes du Syndrome d'Asperger,d'Autisme de Haut-niveau, et de troubles apparentés.(TED) association loi 1901. Elle est enregistrée à la sous-préfecture de Nogent-sur Marne depuis le 16.08.2003 sous le N° 0942017384.

ADHERER PERMET A L'ASSOCIATION:
-D'EXISTER
-DE DEGAGER DES MOYENS POUR DES ACTIONS
-DE RECHERCHER ET DE TRANSMETTRE DE L'INFORMATION
-DE SORTIR LES FAMILLES DE LEUR ISOLEMENT
-D'AGIR VIS A VIS DES POUVOIRS PUBLICS

 Recopiez, ou photocopiez.
(1 bulletin d'adhésion par personne à nous retourner)

Je désire adhérer ou faire don à l'association " Asperger Aide France " et joins un chèque à l'ordre de Asperger Aide France et une enveloppe rectangulaire timbrée

Membres:

50€ pour les membres .........

Je fais un don de .................

(bulletin d'adhésion à nous retourner)

Association Asperger Aide France
Maison Hans Asperger
132 bis, rue Etienne Dolet 
94 140 Alfortville


Nom : ………………………………………… Prénom : ……………………

Adresse : ………………………………………………………………………

Commune : ……………………………………………………………………

Code postal : ………………………………………………………………….

N° de téléphone : ……………… No de téléphone portable: ………………………………
Email : ………………………………………………………………………….

Nom et prénom de l'enfant : …………………………………………………

Date de naissance : ………………………………………………………….


Médecins consultés - Nom/Spécialisté/Adresse/Tél.

.......................................................................................;...................................................



Signature ………………………………………………………..
(pour les parents ou tuteurs) :

A…………………………………………..Date……………………………….

Année 2009 -
Les renouvellements d'adhésion se font en janvier de chaque année

J'autorise l'association à communiquer mon no de tél à d'autres parents concernés de mon département, en vue d'organiser une rencontre.

Oui
Non

 
CAFES ASPERGER Version imprimable Votre e-mail

 

 LIEU         ADRESSE                                      DATES                ORGANISATION 
 PARISBrasserie le Père Tranquille 1er étage
16, rue Pierre Lescot
Métro Châtelet Les Halles

Le 16 dec  2017

entre 9.15 et 12h.

 Elaine  Hardiman  Taveau
06 98 98 03 16
 

 

 

 

 

 

 

                                                   
  


 

 

 

 ALLIER   Lisa Salamandra
 
Bonnes Pratiques Version imprimable Votre e-mail
Bonnes pratiques pour une intégration réussie
Autisme et Troubles Envahissants du Développement


Quelque soit le niveau du handicap un enfant autiste baigné dans un milieu ordinaire, comme dans sa famille où il vit, fera plus de progrès.
Après avoir eu un diagnostic précoce (entre 1 an et 2 ans), une psychologue va faire un bilan avec une grille d’évaluation (PEP-R, WISC….) au domicile de l’enfant. En effet il n’y a qu’au domicile que l’enfant pourra donner le meilleur de lui-même car il connaît bien les lieux et se sent en sécurité. Le bilan fait, la psychologue va écrire un PEI, Projet d’Education Individuel d’où elle va mettre en place un PI, Programme Individuel. L’objectif de ce PI est l’autonomie de l’enfant. Le PEI a des objectifs à long terme et le PI des objectifs à court terme. Ce PI sera refait autant de fois que l’enfant progressera, c’est –à-dire qu’on peut le faire tous les mois, comme tous les deux mois ou pour une semaine. Il s’adapte aux progrès de l’enfant.


Ceci étant dit, à partir de ces PEI et PI, l’enfant rentre en Petite Section de maternelle dans sa troisième année, comme n’importe quel enfant. Là vont se mettre en place, selon le degré d’autonomie de l’enfant, des stratégies pour le faire participer aux différentes activités de la classe.
On va commencer par faire dans un coin de la classe un panneau qui lui est réservé pour lui indiquer au moyen de photos les différents moments de la matinée (en supposant qu’il va à l’école tous les matins : rythme idéal). Sur ce panneau il y a déjà sa photo pour le personnaliser et le jour de la semaine écrit en lettres bâton. Puis vont se suivre toutes les activités prévues par l’enseignant y compris le temps de récréation dans la cour avec la photo d’abord (avant la cour) du vestiaire où il va devoir mettre son manteau et ses chaussures. Avant chaque activité l’enfant est amené devant le panneau et on retourne la photo de l’activité que l’on vient de faire pour indiquer que cette activité est finie. On montre à l’enfant la photo qui suit en lui disant ce qu’on va faire. Puis on l’amène à cette nouvelle activité. Ainsi de suite jusqu’à la fin où on montrera la photo de la personne qui vient le chercher pour lui indiquer ce qu’il va faire ensuite.


Les enfants avec autisme sont très perturbés de ne pas savoir ce qui va se passer dans le futur proche. Ils ont besoin d’être informés sur ce qu’ils vont faire ou voir juste après une activité. S’ils ne comprennent pas ce qu’on attend d’eux ils peuvent avoir des stéréotypies qui apparaissent dues à l’angoisse de ne pas savoir ou de ne pas comprendre.
A la fin de la Petite Section, comme nous parlons toujours d’un enfant handicapé, nous n’allons pas nous attendre à ce qu’il soit au même niveau que les autres, ne serait-ce que parce qu’il est non-verbal alors que les autres le sont. Il aura fait des activités avec les autres et c’est le principal. L’année suivante il passe donc en Moyenne Section où là nous allons lui demander un peu plus. Tout d’abord, selon son PEI, nous allons élaborer un PI, et selon celui-ci nous fonctionnerons toujours avec un panneau visuel avec photos ou pas. Là encore la fin de l’année ne sera pas un questionnement par rapport à son niveau d’acquis par rapport à la norme mais aux progrès qu’il aura fait par rapport à son PEI de départ.
Toutes les années vont se finir avec ce questionnement : a-t-il progressé par rapport à son PEI ? Il peut faire des progrès dans des domaines où on ne s’y attendait pas ou plus vite qu’on s’y attendait. Peu importe, il progresse, avec des domaines plus ou moins difficiles, les pics de compétence vont être de plus en plus évidents.

Recommandations

- Pour aider l’enfant dans ses activités que ce soit en maternelle, en primaire ou en collège, il faut une personne qui puisse travailler avec l’enfant (1 pour 1). Les enseignants ont leur classe à gérer et ne peuvent être attentifs à cet enfant extra-ordinaire, surtout en maternelle. Selon les cas, cette personne peut être l’ATSEM (personne qui aide l’institutrice en maternelle), une auxiliaire de vie scolaire (ce qui est le mieux car elle sera formée à l’autisme), ou quelques enfants de la classe (surtout en primaire). Les enfants qui choisissent de prêter attention à l’enfant avec autisme devront être assis à côté de lui et l’aider pour différentes tâches (comme prendre le bon cahier, regarder si l’enfant écrit tout correctement, l’encourager à participer en classe….) Ces enfants sont souvent des enfants qui ont eux-mêmes un manque de confiance en soi, qui ne sont pas les meilleurs de la classe, et, en aidant l’enfant handicapé, ils vont s’affirmer, prendre confiance et leurs notes vont remonter, parfois ce sont des enfants précoces. Les auxiliaires de vie scolaire font partie de l’équipe éducative au même titre que les parents, l’enseignant, l’orthophoniste, la psychologue et la psychomotricienne. Elles suivent des formations spécifiques à l’autisme et sont supervisées par la psychologue qui suit les enfants. Cette psychologue intervient au domicile des parents, à l’école et auprès des auxiliaires de vie scolaire.


- Il faut absolument éviter que l’enfant avec autisme refasse une classe deux fois. En effet, cet enfant produit des efforts aussi bien dans le domaine social que dans le domaine des acquis scolaires et ne comprend pas lorsqu’il refait la même classe. Il se démoralise et ne fait plus rien la deuxième année. De plus il est plus facile pour lui de suivre son groupe classe qu’il connaît déjà que de recommencer à apprendre à connaître un autre groupe d’enfants. Il ne faut pas oublier que le handicap de ces enfants est une cécité sociale et que c’est sur ce point qu’ils ont le plus de difficultés. On ne doit pas mettre des obstacles aux efforts qu’ils produisent.
- En primaire les apprentissages doivent être adaptés à leur handicap. Par exemple la méthode pour apprendre à faire une division, en plusieurs étapes, afin que les enfants ordinaires comprennent la démarche intellectuelle, va être simplifiée au maximum pour l’enfant avec autisme. On ne va pas lui demander de comprendre la démarche intellectuelle, mais on va lui demander d’appliquer une règle, qu’on ne changera pas, et c’est à force de faire qu’il comprendra la démarche intellectuelle. Les enfants avec autisme comprennent lorsqu’ils sont dedans, lorsqu’ils voient et lorsque leur corps fait.


Un enfant avec autisme ne sera jamais prêt à passer dans la classe supérieure tant qu’il n’y sera pas. Il a toujours un temps de décalage avec les autres. Il sera prêt à être dans la classe supérieure au cours du premier trimestre dans cette même classe. C’est pourquoi le raisonnement ordinaire pour le passage de classe ne s’applique pas pour lui.

Selon le degré du handicap, l’enfant continuera à être accepté à l’école ou pas. Mais on ne peut décider de son passage dans un IME (spécialisé pour autisme avec scolarisation plus légère) ou de son maintien à l’école qu’après le CP, classe où on apprend à lire et à écrire. Tant qu’on ne lui a pas donné l’opportunité de lire, d’écrire et de compter, on ne peut savoir s’il en est capable. En général ils sont capables de ces acquisitions, car nous avons nombre de cas d’autistes dits sévères qui ont appris tout seuls car personne ne pensait qu’ils pourraient acquérir ces connaissances, qui sont pourtant la base de la socialisation. En effet une personne actuellement qui ne sait ni lire, ni écrire, ni compter est handicapée, et a du mal à s’insérer dans notre société. Nous n’avons pas besoin de sur-handicaper nos enfants. Ils sont capables de plus que ce que nous pensons et les bilans sont une indication mais non une fin en soi.
La barre doit toujours être pensée haut même si les PI sont peu élevés. Les étapes ne doivent pas être sautées mais l’objectif est infini. Il faut toujours penser plus loin tout en faisant de petites avancées. C’est la somme de tout cela qui donnera l’adulte.

J’ai omis de parler du neuropsychologue qui fait le diagnostic et qui voit l’enfant tous les six mois pour donner les grandes lignes, car le propos ici est le suivi journalier par tous les intervenants de terrain. Bien sûr le neuropsychologue est important pour les grandes lignes et pour définir vers quoi on tend. Son avis sera diffusé parmi tous les intervenants, y compris les parents, qui jouent un rôle primordial, car la bonne marche des différents spécialistes se fera par leur intermédiaire. Ce sont les premiers spécialistes de leur enfant et leur avis sera toujours écouté et pris en compte.

Edith Valent
Chargée de l’intégration scolaire Asperger Aide
Créatrice d’un service d’AVS pour autistes
Projet européen EQUAL (Conciliation Famille Handicap, Egalité des chances pour les familles avec enfants handicapés)

 
Parcours Scolaire - Pieges à eviter Version imprimable Votre e-mail

 

 

MATERNELLE

 

1- Avec l'évaluation et le PEI : inscription en maternelle

 

           L’inscription à la maternelle doit se faire automatiquement. Les parents sont et restent les premiers éducateurs de leur enfant. Ils doivent donc être les instigateurs, ceux qui dirigent l’équipe éducative. Bien sûr, ils ne vont pas remplacer les enseignants ou l’orthophoniste mais par leur compétence dans la connaissance de leur enfant ils vont pouvoir indiquer aux différents intervenants ce qu’ils vont pouvoir mettre en place dans leur domaine de compétence : l’institutrice va adapter ce qu’elle sait de la pédagogie à ce qu’elle va apprendre sur le handicap de l’enfant qu’elle a dans sa classe, l’orthophoniste va pouvoir adapter ce qu’elle sait de ses méthodes orthophoniques du handicap de l’enfant qu’elle suit dans son cabinet.

            Les parents ne sont pas responsables du handicap de leur enfant donc ils ne doivent pas se sentir coupables d’avoir un enfant comme celui-là. Ils ne doivent pas se présenter à l’école en s’excusant ou en se sentant diminués. Leur enfant est particulier et ils savent pourquoi. Une réunion avec le chef d’établissement et l’enseignant doit être prévue en début d’année, quinze jours après la rentrée pour mettre en place rapidement le PEI. Il faut éviter que s’installent chez l’enfant et chez l’enseignant de mauvaises habitudes dès le début. Ne pas écouter les mauvaises raisons données pour ne pas accueillir l’enfant : il n’est pas propre, il est dangereux car il griffe ou mord les autres, il crie et perturbe la classe.

         En ce qui concerne la propreté, d’autres enfants dits normaux n’ont pas de couches mais font pipi sur eux régulièrement, c’est pour cette raison d’ailleurs que les maternelles ont dans leurs placards des vêtements de change. Les enfants avec un handicap ne vont pas être plus en avance pour la propreté que les enfants sans handicap. Il est donc normal qu’on les accepte avec des couches, ce qui est plus hygiénique que les enfants sans couche qui font pipi sur la moquette !

         En ce qui concerne les problèmes de comportement il n’y en aura pas si on met en place dans la classe un système de communication par images. Les enseignants font déjà de la communication par images avec les petits de maternelle mais il s’agira ici d’une communication spécifique à l’enfant avec autisme : il aura son tableau avec son emploi du temps dans un coin de la classe avec les photos ou les pictogrammes spécifiques, les mêmes que ceux qu’il aura chez lui ou qu’il retrouvera chez son orthophoniste. Si l’enseignant prétexte qu’il n’est pas formé pour appliquer cette méthode éducative, vous aurez plusieurs réponses possibles :

            - soit vous lui dites que cette méthode s’inspire de leur formation à l’IUFM sur les images et les photos à montrer aux enfants qui ne savent pas encore lire. On part du principe que les enfants sont surtout plutôt visuels qu’auditifs lorsqu’ils sont petits.

            - soit vous lui dites qu’il faudrait envisager une aide humaine dans la classe pour l’aider à apporter uniquement sa pédagogie et non la technique éducative spécifique qui sera pratiquée uniquement par la personne qui accompagne l’enfant.


1.2– Parents partenaires de l’enseignant pour un travail complémentaire

            En règle générale les parents apportent les solutions adéquates pour une scolarisation optimale. Ils ne doivent pas être des personnes qui donnent des conseils aux autres sans faire eux-mêmes. Les intervenants de l’enfant ne doivent pas avoir la sensation désagréable que les parents se reposent sur eux. Si les parents ne se sentent pas capables de mettre en place chez eux la méthode PECS (par exemple) ils devront se faire aider par la psychologue qui aura fait l’évaluation de leur enfant.

             Les parents ont le droit de ne pas se sentir compétents pour éduquer avec des méthodes spécifiques leur enfant avec autisme mais, dans ce cas, ils devront s’entourer de personnes compétentes pour les aider. Petit à petit ils apprendront à communiquer avec leur enfant « socialement sourd et aveugle ». En effet, le handicap de l’autisme est bien un handicap touchant la socialisation et la communication sociale.

            Comme les parents qui ont des enfants sourds vont apprendre le langage des signes, les parents qui ont des enfants avec autisme vont apprendre la communication par images, indispensables pour voir progresser leur enfant dans la compréhension sociale de notre société.

             Les parents vont donc être des partenaires à part entière, au même titre que les autres intervenants qui travaillent avec l’enfant. Ils le sont d’autant plus qu’ils vivent avec leur enfant jour et nuit, qu’ils connaissent son caractère, ses phobies, ses goûts. Toutes les informations qu’ils pourront apporter aux autres intervenants seront précieuses pour le travail de chacun. Chacun doit rester dans ses limites de compétence sans vouloir tout contrôler.

            Très important : Les parents doivent donner de la documentation sur le handicap spécifique de leur enfant à l’école (directrice et enseignant). Ils peuvent prêter des livres à l’enseignant : celui-ci les lira ou ne les lira pas mais saura que ce handicap est connu et reconnu et ne pourra se retrancher derrière le fait que personne ne connaît l’autisme et qu’il s’agit d’un mystère non encore élucidé. Il ne pourra plus, non plus, dire qu’il n’est pas formé à ce handicap, car ce n’est pas ce qu’on lui demande. Les parents sont là pour se former, déjà pour eux-mêmes afin de mieux comprendre leur enfant, et pour les autres. Les parents ne font qu’informer l’enseignant afin qu’il puisse appliquer ses compétences pédagogiques de façon spécifique.


1.3– Passage de classe : Priorité sur le « niveau scolaire » : appartenance au groupe classe

            Les passages de classe doivent être faits quel que soit le niveau scolaire atteint. En effet, il est important pour l’enfant porteur d’autisme, aveugle social, de rester avec son groupe classe car les enfants de sa classe le connaissent bien et l’acceptent facilement. Il y a rarement des difficultés chez les enfants pour communiquer avec un enfant différent, surtout dans les classes de maternelle. Il doit donc rester  dans un groupe où il a appris à communiquer, où ses relations avec les autres sont des routines. Tout ce travail de contact visuel et gestuel avec les autres aura été fait en Petite Section de maternelle et ne sera pas à refaire l’année suivante.

            En Moyenne Section il devra déjà s’habituer à rentrer dans une classe différente : souvent ils retournent dans le lieu de l’année précédente pendant une bonne semaine avant de comprendre et d’admettre que cette routine a changé parce qu’ils ont grandi. 

            Parce qu’il est handicapé on ne devra pas regarder son niveau scolaire pour le passage : cette règle doit être appliquée tout au long de sa scolarité du premier degré. Bien que, pour beaucoup de parents le terme d’  « handicapé » soit difficile à prononcer, il faut appeler un chat « un chat ». En sport lorsqu’il y a handicap dans une épreuve sportive pour certains concurrents on les avantage pour égaliser les chances. Un handicap est un désavantage quelconque : ici il s’agit de communication verbale et non verbale inadéquate, d’altérations qualitatives des interactions sociales et de comportements restreints, stéréotypés et répétitifs. A cause de ces désavantages par rapport aux autres il pourra difficilement accéder aux acquisitions scolaires en classe. En effet il devra travailler beaucoup sur ses désavantages car il y sera confronté en premier lieu. C’est pourquoi le placer dans la classe dans un coin où il n’aura pas à subir de façon trop intense et simultanée toutes ces sollicitations sociales sera plus efficace pour qu’il accède aux acquisitions purement scolaires.

             Le mieux, bien sûr, est de travailler ses apprentissages scolaires tout seul avec lui. Le tandem un enfant/un adulte est l’idéal pour les progressions des acquis scolaires. C’est pourquoi, beaucoup de parents choisissent eux-mêmes l’école à mi-temps (tous les matins et non pas l’après-midi au moment de la sieste des autres enfants) pour pouvoir faire travailler leur enfant à la maison les après-midis (eux-mêmes ou un auxiliaire de vie scolaire ou social).

            Il faut savoir qu’il y aura toujours un temps de décalage entre l’apprentissage d’une nouvelle activité et la maîtrise de cette activité par l’enfant. On voit souvent un enfant porteur d’autisme rattraper au premier trimestre de la classe suivante le niveau qu’il aurait dû avoir dans la classe précédente pour passer (logiquement) dans la classe suivante. Vous allez dire : « Mais alors il a toujours du retard ! » : oui, jusqu’à un certain niveau de classe. S’il reste au même niveau de classe, il va refaire tout depuis le début d’année et ne va pas être dans un mouvement de progression en avant. Il risque de s’ennuyer au début d’année (pour les acquis scolaires) et ne plus vouloir faire quoi que ce soit. L’enfant porteur d’autisme doit avoir dans ses routines l’idée que les autres font de nouvelles activités, même si, lui n’y arrive pas tout de suite, il voit faire les autres et ces activités s’impriment dans sa tête jusqu’à ce qu’il veuille bien imiter. Le tour est joué lorsqu’il commence à vouloir imiter les autres. Il est porté par le comportement social et scolaire des autres et ne peut que suivre même avec un décalage. Etre décalé vaut mieux que revenir en arrière dans les activités : l’idée est d’avancer.


1.4 – Objectif principal : passage en CP (déterminant pour la suite du cursus)

            La maternelle est un passage vers la scolarité du primaire. Lors d’une conférence donnée par des inspecteurs d’académie, ceux-ci avaient avoué qu’ils savaient depuis la Petite Section de maternelle qu’un enfant avec un handicap mental ne passerait pas le cap de la maternelle. Ils disaient aussi que, bien que le sachant depuis le début, ils ne le disaient pas aux parents mais préparaient les parents à cette situation accueillant leur enfant de moins en moins longtemps à l’école. De cette façon ils croyaient ménager les parents

              Lorsque l’intégration d’un enfant avec autisme est faite uniquement pour la socialisation il est évident que l’élève va perdre pied au niveau scolaire par rapport aux autres et ce sera facile ensuite de l’éjecter du système scolaire.

            Il faut exiger que les apprentissages scolaires soient donnés aussi à l’élève avec autisme. On peut aménager ces apprentissages en choisissant par exemple les exercices avec le sujet préféré de cet élève, sachant qu’il a des intérêts restreints. On fera découper à un enfant qui adore les feux tricolores, un feu tricolore, un dinosaure à celui qui n’aime que les dinosaures. De cette façon on pourra juger de son habileté au découpage sans être bloqué par l’objet à découper qui , s’il était mal choisi, empêcherait l’enfant de faire l’activité demandée.

            Si on ne choisit pas l’objet ou le sujet adoré de l’enfant on constatera qu’il ne sait pas faire l’activité demandée et le jugement sera donc faux. On constate souvent que les parents rapportent des faits, des actions de leur enfant à la maison, alors qu’à l’école l’enseignant se heurte à un refus de faire. Voir si le sujet sur lequel l’enseignant demande à l’enfant de travailler est bien adéquat.

             L’enfant est trop jeune en maternelle pour comprendre que le sujet n’est pas important pour l’activité demandée. Il comprendra plus tard, après des années de travail intensif.

 

1.5- Réévaluation régulière

             L’évaluation faite en début d’année par une psychologue formée et qui a donné lieu à un PEI, sera refaite en cours d’année si l’on constate une évolution de l’enfant aussi bien dans ses apprentissages scolaires que dans ses contacts sociaux avec ses pairs. A chaque fois, on va s’occuper de ces deux aspects. La relation sociale avec ses pairs est aussi un travail pour l’élève porteur d’autisme, il a donc double travail par rapport à ses pairs, c’est pourquoi un mi-temps tout au long de la maternelle est suffisant car il fatigue vite.

            A chaque évaluation on va refaire un PEI, qui n’a pas besoin d’être très long. Ce PEI permet de savoir où l’on est dans la progression de l’élève et de voir plus facilement les nouveaux objectifs que nous nous fixons.

            L’évaluation ne peut pas être faite par une psychologue scolaire (qui est une institutrice qui a fait deux ans de psychologie) car celle-ci va se heurter à un aspect dont elle n’est pas habituée : les pics de compétence. En effet, comparé à une évaluation faite pour une enfant « neurotypique » elle va se trouver confrontée à une anomalie qu’elle ne pourra pas expliquer ou difficilement. Nos enfants extra-ordinaires vont être capables de faire des activités qu’un enfant neurotypique d’âge supérieur va pouvoir faire et à côté de cela ne vont pas pouvoir faire des activités faites par des enfants du même âge de développement. Par exemple, notre enfant va faire des puzzles de 60 pièces à l’envers à 4 ans mais ne va pas savoir dessiner un bonhomme (sauf si on le lui a appris). Donc, une psychologue formée à l’autisme va savoir comment prendre en compte ses pics de compétences pour fixer les objectifs à court terme dans son PEI.


1.6 – Réunions de CCPE (tribunal pour les parents)

 

            Les réunions de CCPE sont souvent vécues comme de véritables tribunaux où l’on va mettre en avant toutes les difficultés de l’enfant et où les parents n’ont pas droit à la parole. Ces réunions de CCPE doivent se préparer en amont. Il est souvent difficile de parler et de tout dire dans un groupe de plus de deux personnes. Il sera donc préférable que les parents rencontrent, avant cette réunion de CCPE, la directrice et l’enseignant pour faire le point sur les difficultés de l’enfant et aussi sur ses points forts. Ils décideront, en commun accord, des actions à mener, de part et d’autre, pour compenser les difficultés de l’enfant en se servant de ses points forts. Ils élaboreront ensemble un plan d’actions (dans le sens toujours qu’il reste à l’école et qu’il y soit de plus en plus).

              Les réunions de CCPE doivent se faire avec tous les membres de l’équipe éducative, parents compris. Aucun texte officiel n’exige que les parents doivent rester dans la salle d’attente pendant que les décisions se prennent sans eux. J’ai même vu des institutrices attendre dehors avec les parents (les seules personnes qui connaissent le mieux l’enfant, l’enseignant pour le faire travailler en classe, et les parents pour vivre avec lui 24h/24) pendant que les personnes qui connaissent le moins l’enfant délibéraient, la plupart du temps, sans réelle connaissance ni compétence sur la nature du handicap de l’enfant. Une fois que les parents rentrent dans la salle où une sentence est déjà tombée sans eux, on les regarde avec condescendance, au meilleurs des cas, avec un regard accusateur, au pire des cas. On leur annonce alors la décision prise sans eux et on leur demande ce qu’ils en pensent. Soit les parents sont forts psychologiquement et ne se laissent pas abattre sans réagir, soit les parents sont trop anéantis et se laissent aller aux pleurs en défendant leur enfant tant bien que mal. Les parents doivent se sentir toujours les premiers éducateurs de leur enfant. Ils ne doivent pas justifier quoi que ce soit. C’est aux professionnels de justifier leur incapacité à apporter une réponse correcte.

              Les parents doivent simplement rappeler la nature du handicap de leur enfant, ce qu’ils ont mis en place à la maison, ce qui est fait en classe et ce qui doit être fait pour faire progresser leur enfant, en restant dans le registre technique. Ils doivent se présenter comme des professionnels de leur enfant, qui croient à son évolution positive grâce à tous les intervenants autour de la table et argumenter leur foi en leur enfant par des faits positifs et des pratiques professionnelles. Cette réunion doit être un remake de la réunion de l’équipe éducative faite précédemment, cette fois en présence des représentants de l’académie, et des intervenants professionnels auprès de l’enfant (orthophoniste, psychomotricienne, psychologue formée à l’autisme). Le médecin scolaire et la psychologue scolaire, tant qu’ils ne sont pas formés spécifiquement à ce handicap, doivent écouter et s’informer, mais ne peuvent pas intervenir car l’autisme sort de leur champ de compétence.

               Beaucoup de parents, il y a quelques années, réagissaient violemment aux discussions des membres de la CCPE, ce qui empêchait le bon déroulement de la réunion. C’est pourquoi l’habitude a été prise de faire rentrer les parents après les discussions des membres de la CCPE. La leçon a en tirer est que les parents doivent réagir en professionnels de leur enfant, calmes et déterminés. S’ils se sentent incapables de retenir leurs sentiments profonds ils peuvent se faire accompagner par les personnes qu’ils choisissent (un représentant d’association, une psychologue qu’ils voient en libéral et qui n’est pas invitée ou tout autre personne qui connaît l’enfant et qui est formée à son handicap). 

               Les décisions de CCPE se font souvent au premier trimestre. Les membres de la CCPE savent déjà en septembre où ils veulent mettre l’enfant. Les parents doivent leur rappeler que le PEI n’a pas encore été mis en place et donc que les progressions dans les aptitudes sociales et scolaires n’ont pas pu encore être mises en évidence. Les décisions ne peuvent se prendre qu’à la fin du mois de mai ou au début du mois de juin, ce qui ne pose pas de problème majeur puisque le passage de classe se fait de toutes façons en maternelle.


2 PRIMAIRE

2.1  - CP / Classe déterminante à ne pas éviter

        Comme on a vu précédemment l’élève porteur d’autisme passe dans la classe supérieure tous les ans pour suivre son groupe classe. Bien que certains parents se mettent à apprendre à leur enfant, en Grande Section de maternelle, à lire et à écrire pour qu’il soit accepté en CP, cette situation n’est pas normale. Aucun enfant neurotypique ne doit savoir lire et écrire pour accéder au CP. Mais souvent nos enfants extra-ordinaires nous font connaître des situations extra-ordinaires.

                Donc si on s’imagine que notre enfant passe en CP et reconnaît des mots et des sons comme ses pairs, il va pouvoir accéder à l’apprentissage de la lecture et de l’écriture. Des aménagements devront se faire :

-                  Un enfant non verbal peut très bien apprendre à lire et à écrire mais ne restituera pas oralement ce qu’il lit. Il peut travailler sur un CD ROM de lecture, répondre à des questions simples. Il arrive parfois qu’un enfant qui  ne parlait pas va se mettre à dire des mots, ceux qu’il voit écrits, et petit à petit des phrases, celles qu’il apprend. Les neurotypiques parlent avant d’écrire, les enfants porteurs d’autisme parlent après avoir commencé à écrire. 


             Un enfant porteur d’autisme surtout un enfant avec le syndrome d’Asperger, va avoir des difficultés dans la motricité fine. Sauf s’il est doué en dessin, il va être malhabile pour tenir son stylo. Il faudra travailler alors la motricité fine avec la psychomotricienne et l’orthophoniste. Il ne faudra pas exiger de lui qu’il écrive avec un stylo-plume, comme cela se fait dans beaucoup d’écoles.

 

L’enseignant devra adapter ses exigences aux difficultés de l’élève. Il va beaucoup fatiguer et en fin de matinée ne voudra plus renter en classe. Là aussi on l’attirera en classe par une activité plus ludique ou qui fait appel à sa passion. On pourra l’autoriser à ne pas écrire mais à écouter en le laissant faire ce qu’il aime faire (dessiner, faire des puzzles…) du moment que son activité n’est pas bruyante.

           En conclusion, on lui donnera toutes les chances pour montrer ce qu’il est capable de faire afin de pouvoir prendre une décision pour la suite de la scolarité.          

           Au troisième trimestre arrivera le verdict : peut-il continuer le primaire ou une CLIS peut-elle lui être plus bénéfique ? On s’attachera toujours à regarder son intérêt et non celui des enseignants.  On ne prendra la décision que si on a fait tout ce qu’il convenait de faire pour l’aider : aide humaine, aide matérielle (ordinateur) , adaptation des activités scolaires pour le mettre en confiance et pour éviter les échecs. Les notes ne sont pas obligatoires pour le passage, pas encore. On peut faire une évaluation de ses acquis scolaires sans donner des notes comme pour ses pairs. On dira qu’à partir du moment où il sait lire, écrire et connaît ses chiffres il pourra passer en CE1.

 

 2.2 - CE1 : fin du second cycle : attention

      Rattrapage des lacunes de CP,

      Compenser les difficultés de l'enfant.

            Le CE1 va être l’occasion de rattraper les lacunes qu’il a eu en CP. L’apprentissage de la lecture et de l’écriture a été le travail principal de CP. Il va pouvoir accéder aux autre matières et consolider sa lecture et son écriture.

            Cette classe marque la fin du second cycle : attention. Il doit avoir acquis les exigences principales de fin de second cycle pour le passage en CE2. Il ne s’agit pas, encore une fois, qu’il ait des notes. Il peut avoir des notes dans certaines matières où il excelle et pas dans d’autres. Les notes ne sont pas si importantes, la progression de son évaluation et de son PEI est beaucoup plus importante, c’est là-dessus que les décisions doivent se prendre.

  

2.3 -  Troisième cycle : challenge
 

      Le troisième cycle est un challenge car il s’agit maintenant, toujours en adaptant, que l’enfant porteur d’autisme, acquière toutes les connaissances exigées en CE2. Il devra suivre toutes les activités, toute la journée, pour éviter des « trous » dans ses apprentissages. Il aura acquis une certaine routine de l’école et bien des difficultés rencontrées en maternelle ne seront qu’un mauvais souvenir. Les parents restent vigilants et actifs. Toutes les suggestions apportées par les parents devront être essayées par les enseignants.

            Les notes deviennent obligatoires mais il se pourra qu’un trimestre voit un trou dans les notes d’une matière. Cela n’est pas grave si l’ensemble montre une progression. On sait que cet enfant aura la capacité de rattraper ses lacunes plus tard. Dans certaines matières l’enfant peut garder des lacunes pendant des années avant de les rattraper une année parce qu’il aura suffisamment répété les exercices.

             Les enseignants ne tiendront pas compte des évaluations faites en début d’année de CE2, exigées par l’Education Nationale. Nos enfants peuvent les faire comme un exercice mais pas comme un contrôle réel de leurs connaissances. On sait pertinemment qu’ils ne feront pas tous les exercices de cette évaluation car il faut encore qu’ils comprennent les consignes. Un mot non connu dans la consigne et l’exercice ne peut être fait. Ils se bloquent et s’arrêtent.

  

2.4 – Participation active à l’association des parents d’élèves de l’école

 

            Les parents qui ont des enfants en difficulté ont tout intérêt à se présenter pour participer au Conseil d’Administration de l’association des parents d’élèves. En effet, ils auront d’abord une vision de l’école différente car vue de l’intérieur. Ensuite ils pourront apporter une information au sein de l’association sur la spécificité du handicap de leur enfant. Les autres parents regarderont moins comme une famille bizarre les parents de cet enfant aux comportements étranges.

             Ils peuvent aussi faire partie d’une commission consacrée aux enfants différents (JED : Jeunes Et leurs Difficultés, dans les écoles privées). Grâce à cette commission, ils pourront mieux faire connaître le handicap de leur enfant et organiser des conférences sur ce sujet et par la même occasion sur d’autres sujets qui intéressent les parents concernés. Par exemple on peut organiser une conférence dans l’école sur les enfants précoces, sur la dyslexie et intéresser d’autres parents.

            La vie active de l’école permettra aux parents d’un enfant porteur d’autisme de s’intégrer plus et de mieux se faire connaître et faire connaître son enfant. Ils pourront se faire mieux apprécier par la directrice de l’école pour leurs actions. Au sein de l’association on trouve beaucoup de parents qui travaillent, les réunions se faisant le soir et les conférences pouvant se faire le samedi.

  

2.5 - Avantages pour les éléves de la classe

        Les élèves de la classe n’ont en général pas de problème avec un enfant différent.

            Dans chaque classe on trouvera des enfants qui aideront spontanément l’enfant avec autisme. Ils apprendront, grâce à cet enfant, à prendre le côté positif des gens et à aider quand il le faut. Ils se formeront par la force des choses au handicap d’autisme et seront à l’âge adulte plus accueillants pour les personnes avec un handicap en général. Les enfants porteurs de handicap apportent une excellente leçon de vie aux autres enfants et les préparent à leur vie d’adultes  responsables. Des enfants peu sûrs d’eux, vont être valorisés en aidant l’enfant avec autisme. Ils vont avoir une meilleure confiance en eux et une meilleure idée d’eux-mêmes. L’image que vont leur renvoyer les autres d’eux-mêmes va être plus positive.

            Si la classe est bien préparée et s’il s’agit du même groupe classe depuis la maternelle les enfants vont s’habituer et être fiers lorsqu’ils constateront une progression chez l’enfant avec autisme. Comme s’ils sentaient qu’ils y étaient pour quelque chose. Cette satisfaction retentira chez eux auprès de leurs parents qui seront très contents de l’expérience vécue par leur enfant à l’école.


 

 

2.6 – Aide humaine pour la compréhension des consignes et anticipation des réactions de l’enfant face à son environnement

  

Tout ceci ne peut se faire sans une aide humaine à un moment donné, dans une classe particulièrement ou dans plusieurs classes successives.

              En maternelle l’aide humaine évitera les comportements gênants ou perturbants. En primaire l’accompagnant aidera l’enfant dans ses activités scolaires, soit pour copier des textes au tableau (si difficultés motrices) soit pour indiquer le bon cahier pour travailler, soit pour redonner la consigne de l’enseignant  en la découpant en plusieurs consignes plus simples. Dans la cour de récréation l’accompagnant sera d’une grande utilité pour éviter les réactions exagérées de l’enfant porteur d’autisme face aux stimulations de ses pairs. En effet, il risque de vouloir jouer avec les autres sans savoir comment faire ou en voulant diriger et contrôler les jeux ce qui va ennuyer les autres enfants au bout d’un certain temps et créer des réactions violentes de part et d’autres. Il risque aussi d’être sollicité par ses pairs mais ne pas savoir comment leur dire qu’il veut être seul. L’accompagnant va alors anticiper les problèmes dus à une communication inadéquate ou incomprise. La cour de récréation est le pire endroit pour un enfant porteur d’autisme car il n’y a plus de repères stricts de l’espace et les règles sont indéfinies. Les enfants sont libres et s’inventent leurs propres règles. Elles ne sont pas comprises par l’enfant porteur d’autisme et il se retrouve dans un gouffre, sans repères ni règles. Il aura besoin d’un guide pour comprendre et se faire comprendre par ses pairs. En CM2 le comportement des enfants en cour de récréation se fait moins bienveillant à l’égard de l’enfant avec autisme et préfigure les problèmes qui seront rencontrés au collège.  Tout ceci ne peut se faire sans une aide humaine à un moment donné, dans une classe particulièrement ou dans plusieurs classes successives.

                 En maternelle l’aide humaine évitera les comportements gênants ou perturbants. En primaire l’accompagnant aidera l’enfant dans ses activités scolaires, soit pour copier des textes au tableau (si difficultés motrices) soit pour indiquer le bon cahier pour travailler, soit pour redonner la consigne de l’enseignant  en la découpant en plusieurs consignes plus simples.

                  Dans la cour de récréation l’accompagnant sera d’une grande utilité pour éviter les réactions exagérées de l’enfant porteur d’autisme face aux stimulations de ses pairs. En effet, il risque de vouloir jouer avec les autres sans savoir comment faire ou en voulant diriger et contrôler les jeux ce qui va ennuyer les autres enfants au bout d’un certain temps et créer des réactions violentes de part et d’autres. Il risque aussi d’être sollicité par ses pairs mais ne pas savoir comment leur dire qu’il veut être seul. L’accompagnant va alors anticiper les problèmes dus à une communication inadéquate ou incomprise. La cour de récréation est le pire endroit pour un enfant porteur d’autisme car il n’y a plus de repères stricts de l’espace et les règles sont indéfinies. Les enfants sont libres et s’inventent leurs propres règles. Elles ne sont pas comprises par l’enfant porteur d’autisme et il se retrouve dans un gouffre, sans repères ni règles. Il aura besoin d’un guide pour comprendre et se faire comprendre par ses pairs. En CM2 le comportement des enfants en cour de récréation se fait moins bienveillant à l’égard de l’enfant avec autisme et préfigure les problèmes qui seront rencontrés au collège. 

 3. DEGRE : COLLEGE ET LYCEE

  3. 1 – Information des enseignants, chefs d’établissement et personnel encadrant (BDI, surveillants) à la pré-rentrée

             Le collège est le passage scolaire le plus difficile car il s’agit d’adolescents, avec leurs problèmes existentiels et leurs caractères qui s’affirment. Les professeurs ont déjà beaucoup à faire avec eux et l’annonce d’un jeune avec autisme dans leur classe ne les réjouit pas.

               Il va falloir compter sur un chef d’établissement qui accepte de relever le défi et sur une équipe d’enseignants qui y croient. Mes nombreuses expériences d’établissements ouverts sur le handicap me font dire qu’il vaut mieux des enseignants qui ne connaissent pas du tout l’autisme que des enseignants qui connaissent ce handicap de près ou de loin (leur famille ou leurs amis très proches). Pour de multiples raisons (jalousie parce que, eux, n’ont pas réussi, cas sévères, mauvaises expériences) ceux qui connaissent déjà ce handicap vont démoraliser toute une équipe au point que l’accueil ne se fera pas, même si le chef d’établissement était ouvert au départ. Il faut prévenir les mauvaises langues et intervenir pour information avant la rentrée des classes. Soit les parents donnent le cours aux professeurs, eux-mêmes, soit la psychologue formée à l’autisme le donne à leur place, sachant qu’il est toujours bon que les parents soient présents à ce cours pour répondre à des questions personnelles sur l’élève accueilli.

 

3. 2 – Prendre rendez-vous rapidement après la rentrée avec chaque professeur pour remédiation

              Pour que les mauvaises habitudes ne s’installent pas du côté de l’élève porteur d’autisme et du côté des professeurs, les parents vont prendre, rapidement après la rentrée, un rendez-vous avec chacun des professeurs. Les parents pourront ainsi travailler avec leur enfant des points importants comme savoir trouver une information dans un texte d’histoire, ou apprendre par cœur les règles de grammaire pour savoir les réécrire sur les contrôles. Les jeunes avec autisme ne notent pas tout ce qu’il faut faire ou n’entendent pas toutes les informations que les professeurs vont donner. Il est bon que les parents sachent comment faire travailler leur enfant par rapport aux exigences des professeurs, et les professeurs seront contents de voir que les parents veulent savoir ce qu’ils exigent de leurs élèves.   Des concessions pourront être faites si certaines exigences sont trop compliquées ou difficiles à mettre en œuvre pour l’enfant atteint d’autisme.

3.3 – Information dans les classes pour les élèves en présence du professeur principal pour prévenir les difficultés de compréhension réciproque dans la cour.

 

 La cour de récréation reste un lieu difficile pour les élèves atteints d’autisme. Les préoccupations des adolescents ne sont plus le mêmes et les jeunes atteints d’autisme se retrouvent en décalage s’ils ne sont pas encore préoccupés par le sexe opposé (ce qui se retrouve souvent chez les jeunes plutôt « intellectuels »).

            Il faut qu’une personne compétente dans ce handicap fasse un cours sur le syndrome d’Asperger en s’appuyant sur le livre de Carol Gray « Apprivoiser la jungle de la cour de récréation ». Un cours pratique de sensibilisation donné aux élèves permet de leur donner les informations pour avoir une relation correcte avec l’élève atteint d’autisme. On s’aperçoit que c’est surtout la maladresse et l’ignorance qui empêchent les autres élèves de s’en faire un copain d’école à part entière

                  On leur explique d’abord qu’on va leur apprendre un 6ème sens qu’ils ne connaissent pas. On leur demande d’énumérer les 5 sens qu’ils connaissent et on s’arrête un peu plus longtemps sur les deux sens intéressants en ce qui concerne les handicaps : l’ouïe et la vue. Nous cherchons ensemble ce qu’apportent ces sens et ce qui peut aider les personnes qui en sont dépourvus. Puis on fait faire 3 petits exercices aux élèves, exercices pratiques, pour qu’ils découvrent le sens social (6ème sens) que nous avons tous naturellement et automatiquement mais que les enfants autistes n’ont pas. On leur explique qu’il faut apprendre ce sens automatique (chez nous) aux enfants autistes. On écrit au tableau, en encadrant bien les 3 perceptions qui font défaut chez les enfants autistes. Puis nous cherchons ensemble ce que nous pourrions trouver comme aides par rapport à ce sens social qu’ils n’ont pas.

             A ce cours assistent le professeur principal de chaque classe et d’autres profs que ça intéresse.

Deux choses sont révélées aux professeurs principaux :


            1 – Que certains élèves présentent des légers troubles de type autistique. Ils ne comprennent pas un des exercices que je fais faire (sur la théorie de l’esprit) et sont troublés par la ressemblance avec leur problème (problème confirmé par le prof qui ne savait pas vraiment comment l’aborder et ne savait pas non plus que cela pouvait être une forme légère d’autisme).

            2 – Les « cancres » ou « non scolaires » qui d’habitude ne participent pas et perturbent la classe et qui, à mon cours, participent intelligemment et s’intéressent énormément en posant des questions pertinentes. Ces élèves vont être regardés par les profs ensuite d’un autre œil. Leur intelligence non scolaire est mise en évidence.

  



3. 4. - Evaluation continue pour mieux "piloter"

 

 Une évaluation au cours de l’année devra être faite pour savoir où il faut plus particulièrement travailler. L’élève aura de toutes façons des notes comme les autres, même si, pour certains contrôles il est possible de lui donner plus de temps, ou de lui redonner l’explication plus simple d’une consigne sur laquelle il bloque.



3. 5. - Fin de 5ème : possibilité de continuer ou aller en 4ème d'Aide et de Soutien

  


3.6. - Fin de 4 ème: possibilité de continuer ou se diriger vers une classe technique

  

 Il est toujours possible de réorienter l’élève atteint d’autisme mais toujours dans le circuit scolaire. Il pourra, en fin de 5ème, être dirigé vers une 4ème d’Aide et de Soutien où il aura plus de pratiques professionnelles dans ses cours, trois stages pratiques de 15 jours dans l’année et où il pourra se sentir valorisé par rapport à ses compétences. Il pourra, en fin de 4ème, être dirigé vers une préparation de BEP.

            Les classes à éviter avec les jeunes atteints d’autisme sont les classes où se retrouvent des jeunes ayant des problèmes sociaux ou violents. Les jeunes atteints d’autisme ne pourraient pas comprendre leurs difficultés et ne seraient pas armés pour leur répondre. Ils prennent souvent tout au pied de la lettre et ne verraient pas les pièges que leur tendraient les jeunes adolescents neurotypiques. Il leur faut un environnement sécurisant et qu’ils peuvent comprendre et gérer, avec ou sans aide.

3. 7 - Aborder la sexualité et les sentiments

          Lorsqu’on aborde le collège et le lycée viennent se greffer sur les problèmes purement scolaires et de compréhension sociale les problèmes dus à la sexualité qui s’éveille.

Comme je l’ai déjà signalé, certains jeunes atteints d’autisme n’en seront pas inquiétés avant le lycée et resteront indifférents au sexe opposé, d’autres au contraire vont s’y intéresser dès la 6ème et de façon très directe. Ils vont être trop entreprenants ou « collants » et ne vont plus écouter les cours ou ne vont plus pouvoir se concentrer pour les contrôles. Il va falloir donc que les parents se forment, encore une fois, à cet aspect du développement car parler de sexualité avec son jeune adolescent atteint d’autisme va être difficile pour les pères. En effet les jeunes neurotypiques apprennent plus ou moins seuls ou avec les copains, ils devinent les comportements à adopter face au sexe opposé, et se copient. Les jeunes avec autisme vont avoir besoin d’explications concrètes et de dessins (voir Isabelle Hénault).

 

EDITH VALENT

Lire la suite...
 
Utilité de la scolarisation Version imprimable Votre e-mail

Scolarisation en milieu ordinaire


Tout enfant avec autisme est capable d’apprentissages à condition que tous les intervenants aient le même objectif. Les parents sont au centre de toute intervention éducative. Ce sont eux qui vont donner l’impulsion à tous pour faire progresser leur enfant. Sans évaluation et PEI personne ne pourra savoir ce qu’il faut travailler en priorité. Les parents auront déjà commencé les méthodes éducatives à la maison lorsqu’ils l’inscriront à l’école. Aujourd’hui le diagnostic est fait vers l’âge de trois ans, l’âge d’entrée en maternelle. Si ce n’est pas le cas, il est toujours temps d’informer les enseignants du handicap et des façons d’appréhender les comportements spécifiques de l’enfant.
A partir de là tous les intervenants doivent se rencontrer régulièrement pour faire le point sur les comportements et les méthodes à adopter vis-à-vis de l’enfant. Parce que le handicap de l’enfant repose sur une incompréhension des codes sociaux, sur une communication inadéquate avec les autres et sur un besoin de routines, il va falloir informer les élèves de la classe pour qu’ils puissent aider leur copain, il va falloir que cet élève porteur de ce handicap reste dans ce groupe classe tout au long de sa scolarité primaire et surtout qu’il soit scolarisé au minimum tous les matins, moments des apprentissages fondamentaux.
Un parcours scolaire se construit pas à pas, avec un objectif évolutif sans pronostic définitif. En effet, aucun parent, dont les enfants autistes sont maintenant en fin de scolarité, n’aurait cru porter son enfant jusque là. Ces parents ont aidé les enseignants, non formés à l’autisme, et ont continué à s’informer et se former tout au long de l’évolution de leur enfant, en y croyant très fort. Ils ont permis aux professionnels de faire leur métier avec sérieux et avec passion. Tous les enfants ne feront pas le même parcours mais ils arriveront à une autonomie suffisante pour leur avenir d’adultes.
  
Il est donc évident, suite à ce qui précède, que tout hôpital de jour, IME ou SESSAD ne sera pas adapté à un enfant qui doit apprendre les codes sociaux et qui est dans l'imitation. Pour le moment (2006) ces structures ne sont pas formées à l'autisme et encore moins à la pédagogie adaptée à l'autisme. Il est évident que pour sa bonne évolution il doit imiter les comportements ordinaires des enfants ordinaires dans un milieu le plus normal possible.

 

Edith Valent
 
TESTS DE QI Version imprimable Votre e-mail

Les tests de Q.I.

Les tests les plus utilisés sont le K-ABC, test qui étudie les processus simultanés et séquentiels, et qui ne nécessite pas un bon niveau de langage (test essentiellement visuel, et donc particulièrement bien adapté aux enfants présentant un TED) le WIPSII et le WISC III pour les enfants.

1. Le K-ABC

Le K-ABC (Kaufman & Kaufman, 1983 version américaine, 1993 version française) est un test mesurant l'intelligence et les connaissances des enfants âgés de 2 ans ½ à 12 ans ½. Son originalité est la rupture avec la traditionnelle opposition verbal/non-verbal des échelles de Weschsler et de prendre explicitement comme point de départ un modèle théorique des processus cognitifs, la dichotomie séquentiel/simultané, et ainsi de mettre l'accent plus sur le processus que sur le contenu. C'est ainsi que l'intelligence est définie comme un niveau de fonctionnement des processus mentaux, concept s'appuyant à la fois sur la neuro-psychologie et la psychologie cognitive … L'échelle des processus séquentiels mesure la capacité d'un enfant à résoudre des problèmes en traitant mentalement les stimuli selon un ordre sériel, par exemple dans la reproduction d'une série de données de mouvements de mains effectuée par le psychologue. L'échelle de processus simultanés mesure la capacité à résoudre des problèmes nécessitant l'organisation et l'intégration de nombreux stimuli de manière parallèle ou simultanée comme identifier un dessin (fait de « taches d'encre ») incomplet, résoudre des analogies visuelles abstraites.

2. Le WPPSI-R

WPPSI-R = Wechsler Preschool and Primary Scale of Intelligence — Test de Weschsler pour les enfants de 2 ans 9 mois à 7 ans. Caractéristiques principales : Moyenne = 100, Écart-Type = 15.

La WPPSI comprend onze subtests, six épreuves verbales (information, vocabulaire, arithmétique, similitudes, compréhension, phrases mémorisées) et cinq épreuves de performances (maison des animaux, complètement d'images, labyrinthes, figures géométriques, carrés). Cette division de l'échelle en deux partie va permettre de comparer la facilité qu'a un sujet à employer des mots et des signes, ainsi que son aptitude à se servir des objets et à percevoir des schèmes visuels. À la fin de la passation de ces différentes épreuves, le QI de l'enfant testé peut être calculé. Soit le QI verbal, le QI performance, le QI total. Si toutes les épreuves n'ont pu être passées, le QI peut être établi en fonction des catégories remplies (performance ou verbale). Par exemple, pour les autistes non verbaux, ce test peut être utilisé uniquement par les subtests performance.

Ce test fourni donc un score (un QI) qui peut être référé à une population représentative de la norme. Ce test « définit » et « décrit » l'enfant autiste dans sa façon de raisonner, de percevoir, de penser, de parler, par rapport aux enfants normaux. Il paraît donc essentiel de compléter cet outil de tests spécifiques à cette population. 

3. Le WISC III

Le WISC-III (échelle d'intelligence de Wechsler pour enfants, version III) date de 1996 et s'adresse aux enfants de 6 ans à 16 ans et 10 mois. Elle est composée de 13 échelles verbales et non verbales (dites de performance), dont certaines sont empruntées à d'autres épreuves (Binet-Simon, cubes de Kochs ou labyrinthes de Porteus), et fournit une mesure standardisée d'une variété de capacités intellectuelles.

La nouveauté de cette nouvelle édition de la possibilité de calculer trois scores factoriels ou indices : compréhension verbale, organisation perceptive et vitesse de traitement. Le calcul de ces scores permet d'élargir les possibilités d'interprétation des performances.

L'échelle verbale est également composée de six subtests (dont le dernier est optionnel). Cette échelle mesure les capacités de compréhension et de verbalisation :

  • Information : Capacités à investir et intégrer des données sociales et culturelles. Curiosité intellectuelle, culture générale.
  • Similitudes : Capacité de conceptualisation et de généralisation. Pensée catégorielle.
  • Arithmétique : Représentation mentale de situations concrètes et des opérations qui en découlent. Transposition de données de problèmes en symboles. Calcul mental. Mobilité opératoire.
  • Vocabulaire : Aptitudes à exprimer ses idées par des phrases, à travers une pensée élaborée et concise. Champ lexical.
  • Compréhension : Capacités d'intégration et d'investissement des normes parentales et sociales.
  • Mémoire des chiffres : Capacités de mémoire auditive immédiate et de concentration. Représentation mentale dans la répétition, à l'envers surtout.

L'échelle de performance est composée de six subtests (dont le dernier est optionnel). Elle mesure les capacités d'organisation perceptive et visio-motrice :

  • Complètement d'images : Esprit d'observation et d'analyse dans la mise en œuvre des aptitudes de perception et de reconnaissance visuelle.
  • Code : Aptitudes graphomotrices et coordination visio-motrice. Met en jeu les capacités mnésiques (visuelles) et la concentration.
  • Arrangement d'images : Aptitudes à saisir la logique des situations concrètes grâce à une projection dans le temps.
  • Cubes : Capacités d'abstraction et de représentation de l'espace géométrique.
  • Assemblage d'objets : Aptitudes d'anticipation et de globalisation permettant de saisir l'ensemble de la situation au regard de parties plus ou moins significatives. Cette épreuve fait appel à la structuration spatiale et à la latéralisation, mais implique en outre le schéma corporel et l'image du corps.
  • Symboles : Discrimination visuelle. Vitesse de traitement.
  • Labyrinthes : Capacité à maintenir un objectif tout en établissant une recherche progressive (poursuite d'un but par essais et erreurs). Aptitudes à coordonner la perception de l'espace et la graphomotricité ; à maîtriser son impulsivité graphique.
 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>

Résultats 91 - 100 sur 122

 CENTRE D EXPERTISE
        ASPERGER
    Place Salvador Allendé 
         18 Rue Micolon
        94140 Alfortville
       
       06 83 50 35 74  
Photo du centre expertise AAF
  
  
  
où se déroulent toutes les activités:
Bilans d'évaluation Asperger, diagnostic

Prises en charge adaptées
aux personnes Asperger
 
et à leur famille
(à Alfortville 94 à 5 mns de la gare de Lyon)
 
Plan d'accès
téléchargeable
Maison Hans Asperger
(Centre administratif d'AAF à Alfortville)

Maison Hans Asperger

 

 

 

 

Café Asperger mensuel parisien

 photo du café asperger

 L' "Auti-bus" en pleine
 







Campagne Nationale
d'Information sur le
Syndrome d'Asperger

 

  

Logo Facebook

AspergerAideFrance2010



 

Indice YooVi

\REQUEST_URI=/index.php?option=com_content&task=blogcategory&id=0&Itemid=9&limit=10&limitstart=90&lang=fr